Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

- Clément me l’a dit je ne sais combien de fois. Intelligent mais arrogant, raisonneur et apprenti sorcier !
- Rien de tout ça, Docteur. Simplement attaché aux libertés individuelles, et au respect pour tous.
- Nous y voilà, ricane le chirurgien. Comme au mariage pour tous, à la GPA pour tous, à la sodomie pour tous ? Votre universalisme de pacotille me fait vomir, vous m’entendez ? Tous autant que vous êtes, mais en particulier vous, Alexandre, qui avez tout reçu au départ et qui personnellement ne prenez aucun risque, n’est-ce pas ? Le seul héritier d’un grand-père et d’un père qui ont voué leur existence au bien-être de leurs patients, non dans cet inepte respect des volontés les plus absurdes, mais dans celui de l’intégrité des êtres qu’ils avaient à leur charge.
- Nous ne mettons pas les mêmes idées derrière ce mot d’intégrité, pour moi ce n’est pas celle d’un corps que nous n’avons pas choisi, mais bien celle de la volonté que vous méprisez tant qui est à respecter en premier lieu.
- Vous me faites peur Alexandre, vous me dégoûtez autant que vous me faites peur. Mais avant que votre génération n’ait gain de cause avec sa permissivité décadente, laissez-moi vous dire que j’ai rendu cette nuit Thierry Lequesne à son corps d’homme. Car il est un homme , et c’est en tant qu’homme qu’il a pu être sauvé, son corps a repris ses réflexes premiers. Et vous, vous voulez encore lui faire croire qu’il va vivre autrement ?
- Ce n’est pas la nature qui a décidé de ce qui s’est passé cette nuit. Si c’était le cas, la nature aurait le plus horrible des visages, et il faudrait la combattre.
- Vous êtes un fanatique. Je ne veux plus discuter avec vous. Je plains Clément, et Thierry. Néanmoins je souhaiterais que vous soyez le premier à lui rendre visite, demain. Et ne vous déplacez plus en meute comme ça, nous sommes dans un hôpital, pas sur une barricade.
- Nous viendrons par deux, ose alors Charlotte ; ne nous considérez pas comme des ennemis. Thierry ne s’est jamais senti bien dans son corps d’homme.
- Dans ces cas-là, il n’y a rien de déshonorant à consulter avant d’entreprendre des mutations aussi ultimes, mademoiselle. Mademoiselle ?
- Vanrossem, répond Charlotte presque sans y penser.
- J’aurais dû m’en douter. Vous avez les yeux d’Aurélia. Je connais bien Etienne, votre père, aussi. Je suppose que vous êtes la fille qu’on ne voyait pas, parce que je me souviens bien de votre sœur Stéphanie.
- Vous avez raison, je suis celle qu’on ne voyait pas. Mais je voulais vous dire aussi ce que je sais. Vous accablez Alexandre mais il était opposé à cette augmentation mammaire… Il a simplement « évolué » parce qu’il aime Thierry.
- Epargnez-moi toutes vos histoires. Je me demande ce que vos parents vous ont fait pour mériter ça… Au revoir . »

Tag(s) : #Ma barricade

Partager cet article

Repost 0