Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'hésite toujours à faire des billets pro; compte tenu de la morosité que traverse ma profession. Je ne pourrais pas même y apporter ma propre morosité car la plupart du temps je me trouve pas mal en cours, et pour un boulot embrassé par défaut, celui-là a le grand mérite de me réjouir autant que de me nourrir.

 

terrasse.jpg

 

Et pourtant...peut-être que je me satisfais de peu; pas d'inconfort majeur au quotidien, il est vrai, de bonnes tranches de rigolade en classe comme en salle des profs; beaucoup de jeunes esprits partants pour s'exprimer avec soin ou même panache et que j'ai envie d'accompagner, ne serait-ce que pour le temps où on me les confie. C'est déjà pas mal, me direz-vous (sans compter la sécurité de l'emploi et les va

caââânces); mais tout ça me semble à bien y regarder manquer un peu de hauteur de vue.

 

Il est des jours comme aujourd'hui, quand la gastro commence à me travailler au bidou; où j'ai plutôt l'impression de "brasser la tambouille"; comme dirait un ami cher. Gérer la pénurie matérielle, orchestrer la surpopulation des cours, jongler avec des réformes imposées et ineptes, s'accommoder dans la bonne humeur de l'appauvrissement progressif des contenus, ou de méthodologies démagos qui encouragent plus à la paresse intellectuelle qu'autre chose. Et se dire en pliant son sac le soir : "Tiens, ça s'est pas passé trop mal!"

 

Peut-être que, la plupart du temps, je m'aveugle. Ou qu'avec un bien vilain fatalisme; je pense qu'espérer plus c'est finir par rêver...

Mais il n'en est pas , me dira-t-on , du boulot comme de ta vie , les idéaux ont quelque chose de trop affectif pour s'accomoder à une activité professionnelle. Et pourquoi donc???

Tag(s) : #vous inquiétez pas...

Partager cet article

Repost 0