Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

«  T’ as encore ta maison de vacances, Thierry…
- Oh, elle est  sommaire, mais mes parents y ont travaillé depuis que je suis tout petit !
- Tu y as fait des choses, toi ?
- La peinture bleue du couloir, elle a neuf ans. Le carré d’aromatiques en bordure de la rue. Il doit être envahi de mauvaises herbes, jamais ça n’a été une corvée d’améliorer, ici. Mais c’est sans fin…
- Et tu avais des refuges, quelque part, dans la maison, ou dehors ?
- Mon refuge était ici, à l’extérieur aussi, partout où les berges offrent des creux d’ombre. J’avais assez peu de copains, des anglais la plupart du temps, alors t’imagines comme je communiquais, vu que j’étais particulièrement nul…
- En fait, j’aurais dû faire ça… Me blottir dans des creux naturels, et tout seul ; au lieu de chercher à construire des cabanes et d’aménager des observatoires pour avoir de la compagnie… Mais on s’en fout, maintenant, puisque mon père a vendu Haut-Lieu et qu’il dépense sa part de fric en caprices comme cette moto.
- Haut-Lieu…c’est bien cette maison de l’avesnois…
- Où je passais mes vacances avec Charlotte, oui, c’est bien de cette maison que nous parlions tout le temps, quand nous étions tous ensemble. J’étais fier et jaloux de ce morceau d’enfance, j’avais mon endroit, mon amie, notre mythologie. C’était facile pour mon père de me punir en balayant tout ça.
- Tu crois vraiment qu’il l’a fait pour te punir ? Les raisons pour lesquelles tu te défais de ce genre de baraque peuvent être nombreuses.
- C’est ce qu’il dit, que moi-même je n’y allais plus et c’est vrai, mais j’avais mes raisons pour ça et au fond, je voulais la conserver. Au cas où le groupe se souderait à nouveau.
- Mais Alex, puisque tu en parles, peut-être que c’était aussi par rapport à Charlotte. Qu’il était gêné de ce qu’elle ressentait pour lui, qu’il a voulu effacer un passé de toute façon trop douloureux.
- Un passé familial, oui. Mais ni Charlotte, ni sa mère ne faisaient partie de sa famille ; son père était juste un confrère, donc ça ne tient pas. Et si je n’avais plus aucun regret pour cette part de mon enfance, je vomirais cette idée de famille. «  C’est une maison de famille. » Ça c’est son argument… « Or, il n’y aura plus de famille. » Pourquoi Thierry ? Parce que sa femme s’est barrée ? Parce que Charlotte était amoureuse de lui ? Non, non, dans ce cas il l’aurait fait bien plus tôt. C’était pour me punir.
- Tu m’inquiètes, Alex, te punir pour quoi ?
- Parce que je suis son seul enfant et que je suis pédé. Et que les pédés n’ont pas de famille. C’est bien connu, non ? Ils ne peuvent biologiquement pas en avoir donc ils n’en ont pas ; inutile de leur garder des maisons de famille même s’ils y tiennent et que la propriété remonte à trois générations. Il est parfaitement impensable, pour des mecs comme lui, que des mecs comme nous puissent la construire, cette famille, autrement que par les stricts liens du sang, ça n’a aucun sens.

Tag(s) : #Ma barricade

Partager cet article

Repost 0