Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pure-morning.jpg

 

D’abord et avant tout un souverain de la représentation ; employant mille tours, mille ruses ; pour quelques miettes de reconnaissance quand partout ailleurs on choyait ses enfants, on les admirait et l’on buvait leurs « bons mots ». Il est venu cueillir dans notre groupe un petit bout d’existence dorée.

 

Mais Diane a gâché beaucoup de choses, du moins je crois qu’elle a contribué à son dérapage final. Ma malchance a voulu qu’elle soit en classe avec lui pendant la cinquième et la quatrième. Ils partageaient des heures auxquelles je n’assistais pas et bien entendu elle avait des arguments pour le faire agir dans le sens qu’elle voulait. Elle était attirée par cet hurluberlu qui osait tout ; mais je sais maintenant qu’elle cherchait surtout à affermir son pouvoir de séduction, et à atteindre Alban. Un drame, car le théâtre ne servait plus que de prétexte pour elle ; et que Jeff a commencé à utiliser son aisance scénique pour lui plaire.

 

La première année ça n’a pas été encore trop grave. Un peu encouragée par la collectivité, je m’étais mis en tête de faire passer quelques messages à nos ados de Saint-Barge qui semblaient se mettre de plus en plus en danger publiquement. La pièce prenait la forme de petits sketches où les groupes représentaient brièvement quelques situations cocasses ; parfois grinçantes, liées à la crise d’adolescence. Le tout allait crescendo ; jusqu’à des conduites à risques véritables. C’était la première année que je testais cette formule ; j’ai attendu ensuite que Diane et Jeff aient quitté le groupe pour la reprendre avec des ados plus « gérables ».

 

Le clou de la pièce regroupait alors tout le monde ; c’était un genre de fête débridée, arrosée qu’ils campaient tous avec un réalisme un peu trop senti. Pourtant nous avions travaillé les attitudes et le texte. Après deux bonnes minutes de furie collective en musique où ça se roulait par terre ; Jeff , une bouteille à la main, traînait littéralement Diane sous l’autre bras devant les spectateurs. Il a pris une fausse rasade très largement et j’ai eu un instant peur qu’il balance sa quille dans le premier rang, pour faire encore plus vrai, tant il semblait s’amuser des mines effarés qui émergeaient parmi l’assistance de plus en plus enthousiaste, emmenée par Alb et consorts dans le fond.

 

« Alors Diane ? Tu te décides ?
- T’as ce qu’y faut ? fait-elle d’une voix pâteuse.
- Toujours. J’ai toujours ce qu’y faut pour te mettre la tête à l’envers, qu’est-ce que tu me demandes au fait ?
- Je veux dire, on se protège ?
- De quoi ? De quoi tu veux qu’on se protège ?
- L’arme absolue dans un paquet cadeau, tu te souviens ?
- Et puis quoi encore ? Tu crois peut-être que je suis contaminé ?  Tu me fais pas confiance, Diane ?
- Si, si je te fais confiance… Mais enfin tout le monde le fait, alors pourquoi pas nous ?
- Alors pourquoi nous ? On doit vraiment faire comme tout le monde ? On n’est pas des warriors ? T’as peur.
- Non j’ai pas peur.
- Mais si t’as peur. T’en es pas capable. Moi qui te croyais courageuse. Tu risques rien. Sauf de survivre à cette nuit et de devenir une reine ; et de recommencer, et d’aller plus haut encore.
-   Je ne sais pas.
- Mais si tu sais. Maintenant le rideau va se fermer et la foudre s’abattre. Tu vois comme ça gronde dans les rangs, là-bas ?
- Je ne vois rien, je n’entends rien, je crois qu’elle  frappé.
- Tais-toi. Je suis aveugle. Je veux devenir sourd.»

 

Et ils ont basculé l’un sur l’autre, tout au bord de la scène, prêts à tomber, sous les hourrahs et piétinements du fond de la salle. C’était trop. Jeff avait sonné juste, mais le public était outrancier. Qu’est-ce qui m’était passé par la tête ; comment avais-je pu espérer lui faire dénoncer le danger inconsidéré alors que toute sa vie, jusque sur scène, était une apologie de la mise en danger? Qu’il ne vivait que pour ça, et par ça… Pourquoi est-ce que je l’avais choisi, lui ? Parce qu’il s’était tout de suite proposé et que mon être déraisonnable rêvait de mettre en avant sa rage…

Tag(s) : #Midnight Parlor

Partager cet article

Repost 0