Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

soldo.JPG

Non, Baptiste n'avait pas réussi cette fois-ci à attraper le jeune Théo dans son grenier. Et les cerises napoléon, en grappes d'ivoire et de vermeil, elles pouvaient bien pourrir sur leurs branches! Il en faudrait un peu plus pour que Théo succombe. Même si déjà; il crevait d'envie de succomber.

 

Et Baptiste, de son côté, n'arrivait plus à détacher sa pensée du garçon splendide sur son solex pétaradant qui s'éloignait la bouche pleine de rires, flairant trop bien le piège...

 

'Théo, maintenant je me souviens de toi. C'est grâce au violon. Tu dois être virtuose, depuis le temps!

- Ben; j'ai pas trop le choix, tu verrais la gueule de ma prof..."

 

Baptiste pouffa. Ses propres cours et sa vocation musicale avortée lui revenaient en mémoire.

 

" La mère Bascoulergue? Elle existe encore?

- Ouep, toujour le kilt vert et le chignon-ménopause; mais elle est trop sympa, en fait. Et puis, je te dis, c'est un tel remède qu'il n'y a plus qu'à bosser, avec elle!

- A vrai dire, Théo, je n'ai jamais très bien observé le visage de mes profs...

- De tes profs femmes; ça ouais je le crois! avait renvoyé Théo dans un clin d'oeil. Allez "baron", je suis à la bourre. Hasta luego, à un de ces quatre!"

 

Baptiste, lui, avait murmuré "Au revoir Théo" dans les ratés fumants du moteur cylindrique; en insistant comme jamais sur le mot revoir. Depuis, il ne pouvait plus chasser Théo de son esprit.

 

Seuls les mômes ont cet instinct de vie en eux , si surpuissant qu'il ranime les plus désespérés.

En quelques phrases, en quelques regards, en quelques minutes; il avait réveillé un vieux volcan que Baptiste croyait à jamais plongé dans l'inertie. Un antique Vésuve.

 

L'Etna du désir s'était aussitôt manifesté, lui, il faut dire qu'il se tenait moins profond et qu'il ne demandait qu'à entrer en éruption, le plus souvent possible.  Baptiste le connaissait bien, lui et ses alarmes de fumée. Il n'était dangereux que le temps d'un ou deux jaillissements.

 

Mais voilà qu'une fois Théo disparu au bout du chemin crayeux blanc sous les noix vertes, l'antique Vésuve se mettait à gronder de sa profondeur insoupçonnée, et menaçait Baptiste tout entier. Lui dont les yeux étaient restés secs derrière le cercueil paternel sentait maintenant la lave affluer sous ses paupières.

Tag(s) : #Les valises de Théo

Partager cet article

Repost 0