Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  smoking02.jpg

 

- Ça fait longtemps que tu le connais ?
- Ici tout le monde connaît tout le monde ou croit le faire. Mon petit frère Allan a dit que Jeff était son meilleur ami de la fin de la maternelle à la fin du collège. Et il était vraiment « absorbé » par cette amitié mais comme Jeff l’a entraîné dans pas mal de conneries  il a fini par prendre ses distances. Et maintenant, il lui en veut à mort de s’être fait condamner ; parce qu’il était persuadé qu’il passerait sa vie en camion à faire des tournées de théâtre ou de musique avec Jeff qui l’entretenait pas mal dans ce délire. Ils avaient même commencé à imaginer une pièce sur Billy the Kid quand le bouquin d’Ondaatje est paru. Et puis ils se sont engueulés à cause d’une pouf qui est venue foutre la merde entre eux et qui a très probablement causé tout un tas de problèmes à Jeff et Alban ; mais ça, ça reste à démêler. En tout cas, je veux plus la voir ici.
- Preuve que toi aussi, tu penses que certaines personnes peuvent lui être « nocives », donc que tu crois à un meilleur avenir pour lui.
- Je ne demande qu’à y croire, Fred, mais franchement je n’ai pas les « clés ».
- Comment ? Solenn renoncerait-elle à un « défi pédagogique » ? Ca ne lui ressemble pas !
- T’es toujours aussi obstiné, comme gars ?
- On le dit. Je stresse quand les gens restent des énigmes. Et pourtant c’est ce qui me plaît en eux… »

 

On a ainsi discuté jusqu’à la nuit et je me suis rendu compte que j’étais gravement à la bourre pour la sauterie de Marc. Ca ne le gênerait pas outre mesure mais je redoutais à juste titre la grogne de Nolwenn, alors nous sommes sortis dans l’obscurité chaude et je n’osais m’avouer que j’étais extraordinairement bien avec Solenn car elle ne portait pas de jugement hâtif et que sa conversation toute douce, grande ouverte comme ses yeux aurait pu me happer pendant plusieurs heures encore. Elle me manquerait très vite, quand je serais au milieu de mes amis citadins pétris de certitudes.

 

 

«  Tu vois les deux mecs accoudés à la Mondeo là-bas ? Ce sont des amis de Jeff et Alban ; de ceux sans doute qui ont fait cramer la bagnole de Luc trois jours après leur condamnation. C’était un procès lamentable, ils se sont donnés en spectacle et l’accusation est entrée dans leur jeu… Moi je ne rêve que d’un truc, c’est que l’un et l’autre puissent reprendre un jour de la hauteur ! »

 

Je suis passé en voiture à côté d’eux qui nous regardaient depuis cinq bonnes minutes avec des airs goguenards. Je reviendrais là, c’était évident. Je me sentais harponné par ce lieu qui m’avait paru si morne à première vue. Il se produirait un truc à Saint-Barge qui me redonnerait la vie, peut-être plusieurs.

 

Mais en attendant, je me sentais d’une légèreté tout nouvelle et je parvins même à oublier mes rancoeurs, à bosser avec Marc, à passer outre la mauvaise humeur de Nolwenn, à consacrer du temps à ma petite sœur. Nous étions au piano tous les deux, pour travailler son morceau d’examen quand un soir mon portable a sonné. Et la voix qui en est sortie m’a électrisé jusqu’à la moelle des os :

 

«  Chui bien en train de parler à Fred le Fou ? »

Mon cœur a comme bondi hors de ma bouche.

 

«  Jeff, c’est pas vrai ! Ils t’ont laissé sortir ???
- Non, mon pote, c’est pour demain. Et ta dent ?
- J’en ai plus, enfoiré. Il m’ont mis une couronne à la place.
- En or massif j’espère ?
- Pour que tu me la redévisses et que tu la mettes sur ta tête ? Va te faire foutre ! »

 

Ce rire… Ce rire au bout de fil était tout, contenait tout. J’avais follement espéré le réentendre un jour, et qu’il éclate pour moi.

 

« Mais j’ai fait ma radasse quand même, j’ai exigé la céramique parce que je veux pas ressembler à Requin.
- Clair, pour serrer ça doit pas trop l’faire. Au fait, t’as du ramasser plein de belettes en sortant, vu la star que t’es, maintenant ? …
- Ouais, tout plein, je fournis plus.
- Putain, j’ai hâte !
- Plus qu’un jour frère, Jeff va être libre…
- Ben en fait je voulais te demander un truc. Voilà, Alban est où tu sais, maman est partie dans le sud et mon père m’a gentiment envoyé chier. Tu pourrais venir me chercher demain ? »

Tag(s) : #Viva V.

Partager cet article

Repost 0