Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T tjs là bogoss ? Fais signe, on a besoin de toi.
Je n'ai plus besoin de ça ; je réponds plus ! J’ai décidé. Maintenant la vie c’est Thierry et moi, sans parasitages. A part peut-être ses préoccupations à lui, les cours, l’association, l’empathie douloureuse parce que l’automne vient vite, et qu’une part de cette petite communauté ne peut plus s’égayer où bon lui semble. Il faut trouver les anfractuosités les plus « conciliantes » de la ville pour pouvoir nicher.


Pour récupérer comme convenu son bando ; Corolle se poste parfois le vendredi soir en bas de notre immeuble, avec Théolinia qui est réapparue. Elles ne veulent pas trop monter quand je suis là, ou bien c’est Thierry qui pose les cadres, pour nous préserver tous deux. Je trouve ça un peu injuste par ce que du coup je dois encore passer pour l’Etranger, le chiant, le bourge …


Je bosse. La vénéréo ça peut être très dur, d’autant plus dur que j’imagine parfois des poupées comme Théolinia échouer dans les services où la peau malmenée dans la rue par un sexe bestial, sans précaution; la peau entre en germination du pire ; et de dune étincelante devient un putride terrain vague. Je vois des dizaines et des dizaines d’êtres humains qui perdent à petits feux le bonheur et l’intégrité de leur peau ; comme un fou je me raccroche à celle de Thierry.

J’ai trouvé des capotes dans le sac qu’il emporte chaque mercredi à l’Association. Des recueils de poésie, des brochures de nouvelles, deux cahiers ; une tablette violette et des capotes. Mais ça ne veut absolument rien dire. Je suis sûr qu’il en file à l'occasion aux Filles ; pour leur semaine. 

Tag(s) : #Ma barricade

Partager cet article

Repost 0