Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Tu as entendu, Lew ? Quand tu feras ta bêcheuse maintenant en pantalon à pois, tu te rappelleras de ce que disent ces mignonnes : c’est moi, la vraie de vraie…
- Est-ce que j’en doute ? lui repond Lew en s’inclinant profondément. Malgré ton jeune âge, tu es maintenant la Toute Vénérable.
- Et tu me vénères, Impertinent ? fait-elle en lui posant dans un mouvement auguste la main sur la tête.
- Ne me touche pas les cheveux comme ça, répond-il presque agenouillé. C’est ça qui me vénère. »


Lew et Théolinia jouent ensemble. C’est le mode amical de Lew et ça marche avec presque tout le monde ; même Elle. Ainsi il a pu gagner très rapidement sa confiance ; alors que nous avons eu beaucoup de mal au début à nous concilier cet être beau et farouche. Thierry même ne sait pas ce qu’elle a pu vivre, très jeune, pour esquiver les gens, les questions, et bien souvent l’affection. Depuis qu’elle vit avec Thierry, on ose juste espérer qu’elle ne « bosse » plus, comme on dit avec les guillemets parce que nous aussi on a gardé le sale réflexe des guillemets pour pas mettre sur le même plan le labeur du commerçant, du fonctionnaire, avec le sien…


Mais les vies de Corolle et de Théolinia ont de grands pans qui nous échappent, et elles y tiennent. Il n’y aura plus jamais assez d’amour dans le regard d’un mec pour les faire renoncer à leur part de clandestinité.


C’est ça quand on est confronté dès le premier souffle de la vie au mépris des Dominants, quand le tout jeune môme ne sent porté sur lui que des regards d’estimateur, en dehors de l’impatience qu’il suscite. Dès le moment de la Conception peut-être, il a perçu que son existence venait en Trop, et sa nature l’ a destiné.e très tôt à changer d’ existence.

Tag(s) : #Ma barricade

Partager cet article

Repost 0