Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  manif01

Hypocrite
De faire semblant de ne pas voir
Ces milliers d’enfants …


24 Mars 2013. Ce n’est plus la Cour d’Ecole qui les dénie, ces enfants ; mais aujourd’hui, des milliers, des milliers de personnes rassemblées qui noircissent l’avenue de leurs écoeurants habits rose. J’ai la trouille. Eux, ils ne rient pas. Des murs sans visage.


La petite est aujourd’hui encore à son balcon et regarde cette marée de poings rageurs levés contre elle. Car on l’avait vue en janvier, elle et ses deux darons, à la même fenêtre, sur le même balcon, brandir leurs slogans, leur envie d’être unis après dix ans, vingt ans peut-être de vie commune, par des liens sécurisants, et reconnus.


Il n’y avait aucune raison que jusqu’ici, l’Etat ne leur assure la Protection qu’entend l’Institution du Mariage…


La Protection d’une Institution, mais pas celle de la Rue… Regarde cette foule qui scande, tous crocs sortis, toutes mains serrées. Charlotte est là, à côté de moi, qui note sur son carnet comme l’aigreur bat ici le pavé, et reçoit des milliers d’échos. Je l’aime Charlotte ; si petite et si forte. Rien ne l’entame lorsqu’elle est au travail, et convaincue.


« Nous sommes au milieu d’eux.
Barrideòn cogne à qui mieux mieux dans nos ventres. Presque là, presque né.
Oui, bel instrument tu vas sortir mais d’abord écoute. Distille ta rage.
Les heurts adverses te nourrissent, te façonnent, inspirent ta future voix. Tu vas sortir.
Né d’inversion, né d’impulsion, né de folie.
Et rendu plus fort encore par la bourrasque.
Enfant d’homos, faits de nos mains, conçus par nos désirs.
Unique. Ton cri primal va déchirer les oreilles. »


«  Qui êtes-vous, vous ??? » demande une maman à Thierry qui s’est posté à côté d’elle, manteau ouvert sur un pull noir qui laisse voir son chardon et souligne sa poitrine.


« Je marche en écrivant. » lui répond-il. Et il la laisse en plan, non sans guiliter le poupon de la Madame qui dans sa poussette gazouille d’aise et se met à pédaler comme un malade en cognant l’air avec ses poings, pour que Thierry lui revienne.

Tag(s) : #Ma barricade

Partager cet article

Repost 0