Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

hopital-couloir.jpg

 

« Vous l’avez vu ?
- Non, il est en salle d’opération pour plusieurs heures. Maxime est avec le chirurgien. C’est lui qui nous a donné des nouvelles. »


Maxime a été l’un des condisciples d’Al à Lille. Hétéro, mais allez, brillant quand même. Al m’a confié en Espagne qu’il soupirait depuis longtemps après Charlotte. On va rester là, plaqués contre les murs, jusqu’à ce qu’on nous dise quelque chose. On est prêts à affronter l’interminable, peut-être moins le résultat. Le tourbillon de pensées et de prières est palpable dans chacune de nos têtes. De questions aussi, Thierry a toujours été le plus doux de tous les êtres. Pourquoi lui ?


Le remords me tenaille. Qu’avais-je aussi à envisager mon propre supplice pour les réconcilier ? Il me semble avoir attiré les foudres sur mon bel ami qui peut-être répugnera maintenant à se regarder dans une glace. Parlera-t-il aussi bien à présent ? Pourra-t-il de nouveau enseigner, lui qui s’est tant battu pour être à la hauteur de ce boulot ? Sera-t-il capable à nouveau de faire l’amour ? 

 

Juste un éclair de haine qui passe, porté par ce contexte politique déplorable. Démone reste seule attachée à sa chair meurtrie, elle doit trembler car elle a trouvé ses maîtres, dans la folie destructrice des bourreaux homophobes et avinés. Il a suffi de presque rien pour que le fragile bonheur que nous avons construit après nous être trouvés, tous, soit écrasé en quelques minutes sous leurs talons. Seigneur, qui sont-ils ? Qu’est-ce que nous avons bien pu leur faire pour qu’ils soient comme ça ?

Tag(s) : #Ma barricade

Partager cet article

Repost 0