Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

péage st-arnoult.preview

 

Ce n’était pas un film très intello,  un genre de grosse production noire avec des éléments de fantastique dont il ne voyait pas l’utilité puisque l’univers carcéral était déjà pour lui une horreur en soi. Naturellement, Jeff répugnait à se replonger dans ce monde, même fictif et « romancé » ; River et moi lui faisions valoir qu’il serait peut-être utile à la production pour tempérer la surenchère surnaturelle et apporter son témoignage, car on l’écouterait certainement, avec son expérience…

 

N’importe, il ne voulait pas remettre son genre de traumatisme en lumière, on le comprenait ; alors j’avais abattu ma dernière carte : le rôle de Lennon serait tenu par A.S.E.N ; ce rappeur qu’on avait beaucoup écouté depuis la quatrième et qui, prêt à un come-back après deux ans de mutisme capricieux, cherchait à donner une autre dimension à sa musique puisque son prochain album serait en grande partie porté par le film.

 

Mais Jeff n’était pas convaincu ; la présence de A.S.E.N  semblait même le mettre mal à l’aise. Ce qui avait fini par le déterminer était le montant intéressant de sa paie d’ouvrier quand on a reçu le contrat par internet, et le fait que sur les dix premiers jours, River nous accompagnerait puisqu’elle ne reprenait ses cours qu’à la mi-septembre. Sa cheville allait mieux, elle se résoudrait difficilement à une séparation, même temporaire, et lui aussi.

 

Alors quand nous sommes repartis, après avoir laissé Sol et Fred en pleine idylle dans le train pour Poitiers ; l’ambiance n’était pas aussi festive que pour fuir Saint-Barge et rouler vers la mer, cela s’entend. Chacun de nous trois, assis devant dans la cabine, était lourd de préoccupations. D’ailleurs l’autoroute en cette fin de vacances était engorgée et morose. Nous avons trouvé un peu de consolation en grignotant les cannelés que Sol avait glissé sans rien dire dans ma glacière. Jeff et moi on a roulé, roulé à tour de rôle avec Nova et Skyrock comme compagnies ; River dormait, la tête appuyée sur la vitre que perlaient quelques gouttes de crachin pisse-menu.

 

Ça nous a donné envie de dégorger le poireau après cinq heures de route non-stop ; on s’est arrêté après Saint-Arnoux- en Yvelines dans ce genre de grande « maison-pipi » que je déteste, avec les flots de voyageurs anonymes qui se posent n’importe où pour manger n’importe quoi en laissant des montagnes de déchets derrière eux ; des odeurs d’oeuf dur comprimé et de jambon écrasé mêlées au conglomérat d’urines.

 

Jeff et moi étions dans deux cabines de cagoinces côte à côte avec les cloisons qui touchaient pas le plafond. Et c’est là que j’ai commencé à l’entendre chanter High n’ delivered et à taper dans le tuyau de la chasse. J’ai repris du poil de la bête instantanément.

«  Ca veut dire quoi le boum, boum, espèce de chieur ?
- C’est un tchong tchong ,bâtard ; ça veut dire plus de torche-cul chez moi ! Envoie par-dessus le mur… »

 

Le rouleau a voltigé puis revoltigé dans l’autre sens mais comme je m’attendais pas au retour, ça a fait un gros plouf dans la cuvette et je me suis retrouvé aspergé au thorax,  alors que ce connard partait d’un rire aigu de l’autre côté. Bien évidemment il a raconté son exploit haut et fort à River ; faisant marrer au passage deux nanas qui pique-niquaient à côté. Bon, j’étais pas franchement ravi mais valait mieux le voir faire du mauvais esprit que la gueule… Je me demandais quand même un peu s’il n’allait pas détonner dans un studio et me cramer aussi, parce que le goût que j’avais pour sa provoc’ de collégien attardé m’avait déjà joué quelques tours…

Tag(s) : #Midnight Parlor

Partager cet article

Repost 0