Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

swanslake02

  Il a bien souffert, le Renan, mais ça se voyait pas forcément. Il est de ces mecs chez qui le nombre de conneries faites ou arborées sont directement proportionnelles à l'intensité de la souffrance. N'y voyez aucun lien, surtout pas, avec le moment où il a décidé de renouer avec le "milieu".

 

Entraîné dans son trip, ou halluciné ou revanchard, c'est selon, j'ai eu quant à moi l'impression de traverser un cabinet de curiosités; tour à tour horripilé, admiratif ou attendri.

 

Jamais je ne serai plus un hétéro standard, du moins j'ai envie de le croire. Même si je me suis toujours senti un peu en terre étrangère. Avec mon tatouage rural et mon prénom de série Z ; j'aurais bien eu du mal à "pénétrer" véritablement ce monde, déroutant mais, je le sentais bien , privilégié.

 

Pourtant, je m'en suis tapé, des tisanes ayurvédiques , du porno bhopali, des stations de plusieurs heures le cul meurtri sur des tabourets design. En somme j'ai mal bouffé, mal dormi, bien baisé en revanche et somme toute eu mes ouvertures dans un monde culturel et décomplexé qui avait pas mal pour me plaire... Quelquefois éberlué, par l'oeil d'estimateur en carosserie d'un mec qui me frôlait, j'ai eu souvent bon accueil et pour dispenser un peu de mon énergie, beaucoup de richesses en retour.

 

J'ai fait la connaissance de superbes spécimens de Luiluis, j'entends par Luilui ce genre de mec raffiné qui a un tel port de tête, qui dodeline si gracieusement en vous détaillant de la tête au pied qu'on a l'impression de se trouver en présence d'un élégant volatile. Eh oui, souvent Luilui a le nez long, parce qu'il ment beaucoup, peut-être. Son ramage surpasse, et de beaucoup son plumage et chose étonnante il sait se pâmer devant des filles! Enfin, si on peut appeler ça des filles; je parlerais plutôt de poupées, adeptes du peroxyde, des résilles, mais sculpturales...

 

Enfin, d'autres sortes de geais-gay paré(e)s des plumes du paon! l'illusion ma foi, peut être très excitante, et on ne peut pas ôter à ce monde son extraordinaire capacité à se réinventer en permanence, à pratiquer la métamorphose...

Faire sa fête à un Luilui est un plaisir comparable à l'absorption simultanée de trois sachets vous savez, de cette poudre effervescente et ultra acide qu'on nous vendait comme confiserie quand on était môme. Tandis que les plumes volent, on a des bulles chimiques plein les naseaux (là j'exagère), et des convulsions hautement érectiles!

 

Vous ne me croyez pas? Vous avez peut-être raison. Pourtant je me souviens de transes extrêmes avec un magnifique Luilui plein de panache, presque un "régulier" puisqu'on se voyait chez lui trois fois par semaine. Mais tout abandonné et heureux qu'il était dans ces moments-là, il n'a jamais cru à ma conversion.

 

Et c'est lui-même qui m'a exhorté, pour l'amour de lui et de moi-même ( peut-être de sa cave) à revenir à mes premières inclinations...

Tag(s) : #Renan et Ewald

Partager cet article

Repost 0