Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diane

 

« Tu crois qu’il me dirait même bonjour, le Jeff ? Quand je pense que personne ne l’a connu mieux que moi pendant ces dernières années…
- Sans doute pas pendant les derniers mois… Je suppose que tu es Diane ?
- Exact, m’a-t-elle répondu en me tendant la main, et toi son compagnon de galère ?
- D’épreuve; mais nous n’avons pas partagé que ça ; Dieu merci.
- Ouais, vous êtes comme une sorte de « nouvelle famille » pour lui ? Il devrait pas trop oublier l’ancienne quand même. C’est un peu de la trahison…
- Je croyais que Jeff avait déjà été jugé, Diane, et qu’il avait purgé sa peine. Tu crois pas que les choses devraient s’apaiser maintenant ? Et puis à part moi, ce n’est pas une « nouvelle famille ».
- Tu oublies River. Si on avait su qu’elle manoeuvrait en souterrain pour le récupérer à sa sortie. Avec Sol qui me déteste, bien entendu.
- Ce n’est pas vraiment comme ça que les choses se sont passées. Tu ne peux absolument pas concevoir que leur histoire ait été spontanée ? Ne lui en veux pas pour ce qui lui arrive de bien, Diane, ça t’empoisonne la vie …
- Mais t’es qui toi au fait comme espèce de baba cool ? Elle est où, ta planète ? 
- Putain, j’ai la dalle ! a bougonné Jeff en déboulant entre nous deux. Ils ont pas des petits  fours au nutella ?
- Doit bien y en avoir un pot dégueulasse dans le camion d’Allan. Mais je t’accompagne pas.
- T’es en trop bonne compagnie, sans doute ?
- C’est trop te demander de nous présenter Jeff ? a gémi Diane.
- Il connaît pas encore ton nom, lui a-t-il répondu la bouche ostensiblement pleine, il y a un mec qui connaît le bonheur primitif dans cette assistance ?
- C’est moi qui ne connais pas le sien…
- Okay : Fred-Diane ; Diane-Fred. Jamais compris pourquoi il fallait dire ce bordel dans les deux sens ; les gens doivent être sourds comme des pots ou complètement cons.
- Je crois comprendre que ma présence t’indispose, Jeff ; maintenant que tu as de nouveaux potes. Je voulais simplement te dire que ton frère est à la maison.
- Oh, c’est mignon ! Tu lui as préparé des chouquettes au moins ? Lavé ses frocs ? J’ai largement morflé dans votre histoire Diane ; j’ai fêté mes vingt ans en cellule… Alors maintenant baisez, multipliez, faites ce que vous voulez mais foutez-moi la paix. Je suis sorti de votre vie, basta, évaporé !
- Tu peux pas régler les choses comme ça, en tirant un trait.
- Qui va m’en empêcher ? Toi, peut-être ?
- Tu ne connais pas le fin mot de l’histoire.
- Tu me le raconteras quand tu seras une mémé édentée avec de la cataracte, pour éviter les œillades. En attendant je m’en bats les couilles …
- Il est malade, Jeff, complètement anémié. Il viendra pas vous emmerder ce soir ; c’est tout ce que je voulais dire ! »

 

Et réellement au bord des larmes ; elle s’est éloignée.

 

«  J’arrive pas à déterminer si t’as été trop dur avec elle…
- Elle ment. A propos d’Alb. Maintenant, rien qu’à son air je peux savoir quand elle ment. Va falloir être sur nos gardes. »

 

Pour la nuit, nous serions de retour à Saint-Barge ; dans une salle louée pour la fin. Un endroit un peu moins raffiné  qui donnerait lieu à davantage de débordements puisque les noceurs étaient déjà quelque peu éméchés. La conversation avec Diane m’avait assombri alors Sol est venue se serrer contre moi dans la cabine du camion qui zigzaguait dangereusement sur la petite route.

 

«  J’ai vu que vous aviez affaire avec Diane, tout à l’heure.
- C’est pas un souci, Sol. Jeff lui a mis un vent et elle est partie sans demander son reste.
- J’espère que ça va en rester là, cette fille est un poison, elle le porte sur elle !
- Elle porte pas grand-chose, sur elle, apparemment… » ai-je glissé en riant, mais j’étais un peu inquiet ; pas habitué aux atmosphères de rixe, comme pouvait l’être Jeff, incapable de faire abstraction du danger potentiel.

Tag(s) : #Midnight Parlor

Partager cet article

Repost 0