Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Reliquat glorieux du 19 Septembre 2009

Je ne sais pas, Jade, si tu seras satisfaite.
En tout cas, moi, je peux honnêtement dire que je le suis.
Mais il est vrai que le puni a quelques arguments et le terrain était bien préparé.
Oui, Lew, j'ai toujours eu envie de le manger...

On connaît tous les balbutiements de l'incertitude, ces périodes où on empile un peu les aventure
s sans y trouver de vraie saveur, cependant.

Un coup est un coup; il a ses vertus libératoires; mais ce n'est pas vieillir ou mollir que d'avoir de temps en temps envie de déguster. Ou alors je suis vieux et mou, ma foi, c'est bien possible...

La peau de Lew est blanche, vous le savez, étourdissante comme une meringue; lisse et comme poudrée, j'ai souvent envie de la briser par endroits du bout des dents et toujours de sentir comme il est fondant à coeur...
Mais de quoi s'est-il saupoudré cette fois-ci? Quelque chose qui reste comme un givre sur les lèvres, du sucre glace, avec des accents très prononcés de vanille...

"Tu ne goûtes pas plus à ton bonhomme de neige???" Patience, patience, je savoure et surtout je cherche à savoir... combien de temps tu as bien pu passer pour mettre au point cette poudre corporelle si gourmande, oui, et dans le cou, juste au creux, l'arôme de gingembre est très fort et monte furieusement aux narines. Doucement je soulève ton tee-shirt, qui va passer par-dessus les moulins... Les creux de clavicule sentent la girofle et juste au dessus du nombril; il y a comme un parfum de cardamome. Mais tout ça, vous savez est presque invisible.

Lew sait très bien que je n'ai pas un très grand amour pour les textures molles, sauf le moelleux au chocolat peut-être, que le croustillant a davantage ma préférence. Alors il a imaginé ce glacis de petits cristaux , avec des zones d'épices dissséminées le long du corps.
Vous savez sans doute où je m'attarde, là il n'a rien niché, c'est juste la saveur brute de mon Lew qui a alors la chair de poule et je remonte; il a pris sa douche avec un baume au cacao; dont la senteur est au creux des reins intense. Et tous ces frissons qui le parcourent, tiens! Un grain de chasselas dans la nuque.

Ooooh, c'est pour moi? Je l'ai en bouche et je le roule, il est plein de son sucre magique et de sa peau, sa peau... Je suis un maniaque dangereux de l'épiderme, j'en ai fait ma spécialité; serial mordeur dans la fine région des cervicales; mon gourmet... Mais voilà que toi aussi tu as ton grain dans la bouche, pour que nous nous échangions sans doute ces perles de bonheur pleines d'élixirs?

Cela fond, mais tu sais comme je suis têtu quand je ne connais pas assez bien quelque chose. Je te demande ton secret. Et dans cette petite boîte en fer ronde, des Lebkuchen de Nürnberg, tu as déversé ta poudre crémeuse, ah, il faut que moi aussi tu me glaces, car je suis trop brûlant.
Des pieds à la tête, et dans le plus simple appareil, je me penche un peu sur toi et reçois cette légère brume partout, partout, jusque sous la plante des pieds.

Je sais bien pourquoi , Lew, et déjà tu es pris d'un fou rire. Tu vas goûter cet endroit que j'ai très sensible, très chatouilleux, parce que depuis longtemps tu as découvert que cet exquis supplice, surtout prolongé jusqu'à la suffocation, sait particulièrement me mettre en condition, comme tu disais, ou plutôt comme disait Jade.
Regarde-moi sweetheart, et vois comme depuis six ans déjà, ton enthousiasme, ta fraîcheur ton inventivité m'émerveillent. Tu le vois et tu me dorlotes. Rien ne peut remplacer la douceur de ta bouche.

Quand j'étais môme je rêvais du pays de cocagne, du pays des trente-six mille volontés. Avec des sucres d'orge pendus aux branches des arbres, et des fontaines de chocolat, et des manèges tout en guimauve. J'ai trouvé un pays avec des friandises cachées partout et j'ai envie de m' y perdre, pour très lon
gtemps.
Oh, l'étourdi, il a gardé ses chaussettes!

Enlève ça, malheureux, et mets un liquoreux au balcon. Après le festin que tu me réserves, nous avons des invités pour le dessert...

RetroAl: Fin de gage
Tag(s) : #RetroLeW

Partager cet article

Repost 0